Fédération des Associations Actives de Belgique

Recherchez dans le site

Archives

Bureaux

Rue des Palais 127,
1030 Schaerbeek
Tel: +32 2 212 19 00
GSM : +32 483 05 77 46
info@fedactio.be
Rue jumet 175,
6030 Marchienne au Pont
Tel: +32 71 13 80 30
GSM : +32 472 854368
hainaut@fedactio.be
Rue de Fexhe 26,
4000 Liège
Tel: +32 4 233 54 52
liege@fedactio.be
Victor Roosensplein 7
2170 Merksem
Gsm: +32 488 10 59 38
Fax: +32 2 212 19 03
antwerpen@fedactio.be
Martelarenlaan 46
3500 Hasselt
+32 11 43 64 05
Fax: +32 11 43 65 40
limburg@fedactio.be
Kartuizerlaan 107
9000 Gent
+32 483 65 18 59
gent@fedactio.be

Fedactio organise un panel sur les droits des femmes en situation de conflit et d’instabilité

Share it:
Le jeudi 5 mars 2020, Fedactio a organisé, en partenariat avec Others et Peaceful Actions Platform, et avec le soutien du Parlement européen et de HeForShe, une campagne de solidarité pour l'égalité des sexes lancée par l'ONU Femmes, un panel sur « les droits des femmes en situation de conflit et d'instabilité ». Au cours de cette rencontre de nombreuses femmes, à la fois chercheuses, activistes des droits humains ou victimes ont pris la parole pour dénoncer les différentes formes de brutalité auxquelles les femmes sont confrontées en situation de crise.

Présidée par Dani Kranz, anthropologue et directrice de Two Foxes Consulting, le panel pointait du doigt les violences sexistes utilisées par les gouvernements.

Après l’intervention de plusieurs experts et activistes, nous avons eu l’occasion d’écouter les témoignages émouvants de réfugiées du Moyen Orient.

Parmi les intervenantes, Zaina Erhaim, journaliste syrienne et coordonnatrice pour la Syrie du projet Institute for War and Peace Reporting a pointé le doigt sur le rôle du patriarcat dans la reproduction des violences. Après avoir énumérer plusieurs pratiques d'autonomisation, Mme Erhaim a souligné l'importance dans la lutte contre les inégalités des espaces protégés où les femmes peuvent librement s'exprimer sans être jugées ou se sentir en danger.

"Nous n'avons pas de droits, tout le monde nous prive de nos droits. Il est difficile d'être une femme ici. Nous sommes confrontés à toutes sortes de violences et répressions. Les forces d'Assad veulent notre mort et d’autres veulent que nous soyons faibles, contrôlées et incapables », a partagé Bradan, réfugiée syrienne.
Share it:
Next
This is the most recent post.
Previous
Article plus ancien

Activités Fedactio

Bruxelles

Droits humains et Solidarité

Femmes et société

Others

Post A Comment: