Fédération des Associations Actives de Belgique

Recherchez dans le site

Archives

Bureaux

Rue des Palais 127,
1030 Schaerbeek
Tel: +32 2 212 19 00
GSM : +32 483 05 77 46
info@fedactio.be
Rue jumet 175,
6030 Marchienne au Pont
Tel: +32 71 13 80 30
GSM : +32 472 854368
hainaut@fedactio.be
Rue de Fexhe 26,
4000 Liège
Tel: +32 4 233 54 52
liege@fedactio.be
Victor Roosensplein 7
2170 Merksem
Gsm: +32 488 10 59 38
Fax: +32 2 212 19 03
antwerpen@fedactio.be
Martelarenlaan 46
3500 Hasselt
+32 11 43 64 05
Fax: +32 11 43 65 40
limburg@fedactio.be
Kartuizerlaan 107
9000 Gent
+32 483 65 18 59
gent@fedactio.be

Fedactio s'entretien avec Ernest Sagaga, responsable Droits humains à la Fédération internationale des journalistes

Share it:
Le mercredi 31 octobre 2018, Fedactio s'est entretenu avec M. Ernest Sagaga, responsable Droits humains à la Fédération internationale des journalistes (IFJ), sur l'importance de la liberté de presse et le droit à l'information.

Propos recueillis par Alexandre Thiry et Esa Denaux

Pourriez-vous vous présenter et nous expliquer votre rôle au sein de la Fédération internationale des journalistes ?

Merci pour votre visite, mon nom est Ernest Sagaga, je suis responsable du département chargé des droits de l’homme et de la protection des journalistes au sein de la Fédération Internationale des Journalistes, ici à Bruxelles.


Pourriez-vous dans les grandes lignes nous expliquer les objectifs poursuivis par votre Fédération ?


La FIJ a deux mandats principaux. Le premier est de promouvoir l’indépendance professionnelle des journalistes. Nous entendons par là faire en sorte qu’il n’y ait pas d’ingérence dans le travail des journalistes, surtout en matière de déontologie ou de choix éditorial, que ce soit une ingérence politique ou une ingérence liée à d’autres intérêts, commerciaux ou autres.
Nous voulons que les journalistes suivent leur code de déontologie, en décidant eux-mêmes comment ils vont traiter les sujets. Le deuxième mandat est lié aux conditions de travail. La FIJ est avant tout une organisation syndicale ; nous militons pour que les journalistes aient des conditions de travail décentes, pour qu’ils puissent travailler comme il faut partout où ils sont.

Quelles actions concrètes entreprenez-vous pour la défense des droits humains ? Quels sont vos actions clés ?

Nous avons plusieurs activités et à plusieurs niveaux. Tout d’abord, nous luttons pour la protection de la vie des journalistes. Malheureusement, comme vous le savez, on dénombre beaucoup de journalistes tués dans le cadre de leur travail. Pour vous donner un exemple, cette année en 2018 (et nous ne sommes qu’au mois d’octobre), on dénombre déjà 75 journalistes tués à travers le monde dans l’exercice de leur fonction. C’est pour cela que nous essayons de travailler avec les gouvernements, mais aussi avec les organisations internationales comme les Nations Unies, l’Union européenne ou l’Union Africaine, pour obtenir une protection adéquate des journalistes. Nous sommes conscients des risques auxquels nos collègues sont confrontés, mais nous sommes aussi conscients des obligations qui existent et qui incombent aux gouvernements en termes de protection en vertu du droit international. En outre, nous menons diverses campagnes.
Dernièrement, nous avons envoyé une délégation au siège des Nations Unies à New York pour essayer de discuter avec les officiels des Nations unies, mais également avec les représentants des Etats. Nous demandons la mise en place d’une convention qui intègre un mécanisme pour lutter contre l’impunité des crimes commis à l’encontre des journalistes. Défendre la vie des journalistes est évidemment la première chose que nous faisons, car si nos collègues meurent, notre travail n’est plus possible.
En parallèle, nous travaillons aussi avec les gouvernements pour essayer de promouvoir les réformes qui s’imposent, notamment des réformes législatives là où il existe des lois qui, à notre avis, entravent notre travail. C’est le cas des lois sur la diffamation ; cette dernière reste un crime, un délit puni par la loi, avec notamment des peines d’emprisonnement prononcées à l’encontre de nos collègues. Nous essayons de faire en sorte que cela change, non pas pour dire que les journalistes sont au-dessus des lois, mais pour dire qu’il faut qu’il y ait des lois qui protègent à la fois la vie privée des gens, mais également la liberté d’informer des journalistes.
Enfin, nous travaillons évidemment avec les organes de presse puisque ce sont eux qui emploient nos collègues, nos membres. Nous essayons de mobiliser tout ce beau monde afin d’appuyer nos démarches auprès des gouvernements et auprès des organisations internationales ou régionales.
Quelles sont pour vous les menaces qui pèsent sur la liberté d’expression, les principaux obstacles à la liberté d’information ?

Il s’agit d’abord de menaces contre l’intégrité physique. Beaucoup de journalistes sont tués, beaucoup sont agressés, intimidés. Evidemment, tout cela ne facilite pas notre travail. Nous sommes en Belgique depuis 1946 et travaillons d’arrache-pied pour que toutes ces violations cessent. À titre d’exemple, en Europe nous travaillons étroitement avec le Conseil de l’Europe et avons ensemble développé une plateforme qui nous permet d’alerter le Secrétaire général de cette organisation sur toute violation des droits des journalistes. À son tour, le Conseil de l’Europe interpelle les gouvernements concernés pour qu’ils prennent des mesures adéquates pour mettre fin à ces pratiques. Nous organisons également des formations pour les journalistes, mais aussi pour les membres des forces de l’ordre. Nous les informons sur le rôle des journalistes, expliquons que nous ne sommes pas là comme force d’opposition ou pour appuyer un gouvernement. Nous sommes simplement là pour rapporter des faits et permettre au public de se faire une opinion sur la façon dont les affaires sont gérées dans leur pays.

Peut-on dire qu’il est dangereux d’être journaliste en 2018 ?

C’est un métier très dangereux. Si vous regardez les statistiques, elles sont effrayantes. Il n’y a, à ma connaissance – à part les militaires qui sont déployés sur des champs de bataille et y laissent parfois leur vie – , aucun autre corps de métier qui court autant de risques et qui perd autant de membres que la profession de journaliste. D’ailleurs, dans certains pays, certains regardent à deux fois avant de s’engager comme journaliste, et même quand il le faut, ils choisissent très sérieusement ce qu’ils vont faire. Il y a des pays comme le Mexique où des jeunes journalistes choisissent de se focaliser sur la culture, sur la musique, sur tout ce qui n’est pas dangereux, parce que si vous vous tournez vers des enquêtes sur le crime organisé, vous vous exposez à des représailles et mettez votre vie en péril.

Que penser de l’affaire Jamal Khashoggi ?

C’est une affaire qui a fait beaucoup de bruit, malheureusement ce n’est pas un cas isolé. Bien entendu ça choque. Se rendre compte que quelqu’un a été tué dans le consulat de son propre pays alors qu’il venait y chercher des documents pour régulariser son mariage, c’est quand même choquant. Malheureusement, nous observons des cas encore plus choquants que celui-ci dans d’autres parties du monde. Cependant c’est un cas emblématique ; comment un gouvernement peut-il penser que tuer un journaliste de cette façon ne va pas lui en coûter ? Simplement parce que pendant longtemps et dans plusieurs parties du monde, ça s’est fait, on s’est attaqué aux journalistes, on a tué des journalistes, et finalement il n’y a pas eu de répercussions. C’est pour cela que nous luttons contre l’impunité de ces crimes. Ce n’est que si on met fin à l’impunité que ce genre de pratiques ne pourra plus se répéter. Voilà pourquoi nous avons dénoncé l’assassinat de monsieur Khashoggi et nous espérons que des actions seront entreprises contre les auteurs de ce crime.
Comment percevez-vous l’évolution du métier de journaliste ?

Evidemment, l’évolution de cette profession est le reflet de l’évolution de la société. Nous observons l’émergence des réseaux sociaux et de nombreux progrès technologiques, qui nous facilitent le travail mais font que les consommateurs de l’information, les gens que nous sommes censés servir, n’attendent plus 19h pour prendre connaissance de l’information à la télévision, ils veulent avoir accès à l’information partout où ils se trouvent et quand ils le souhaitent. Cela nous oblige donc à changer notre façon de travailler, afin d’être présents sur toutes les plateformes ou le consommateur se trouve.
C’est en soi une bonne chose, mais il y a un revers à la médaille : dans certains cas les réseaux sociaux cherchent à se substituer à l’information Et c’est pour ça que nous avons le phénomène des fake news, parce que tout ce que vous lisez sur Facebook ou sur Twitter n’est pas forcément vérifié ou contextualisé, ça n’a pas la qualité du produit du journalisme professionnel. Il faut donc veiller à ce que les réseaux sociaux ou les nouvelles plateformes ne se substituent pas au journalisme.

Qu’attendez-vous de la part des pouvoirs publics ?

Les pouvoirs publics ont un rôle clé à jouer, d’abord en veillant à ce que les journalistes soient protégés dans leur travail, comme ils le font pour tout autre travailleur. Ce n’est pas une faveur que nous demandons, c’est tout simplement l’exigence d’un Etat de droit. Nous demandons que tout citoyen soit protégé dans sa vie privée, comme dans sa vie professionnelle ; tant que vous respectez la loi, elle doit vous protéger. La deuxième des choses que nous attendons des pouvoirs publics, c’est qu’ils considèrent, comme nous, le journalisme comme un bien public qui doit être correctement financé et disposer de moyens adéquats pour produire un travail de qualité qui permette aux citoyens de formuler des opinions et de pouvoir suivre de près ce qui est fait en leur nom. C’est en fin de compte ça le rôle des pouvoirs publics. Enfin, nous demandons aux citoyens et citoyennes de nous aider à mettre la pression sur les pouvoirs publics pour que les conditions nécessaires à un bon travail journalistique soient réunies. C’est le rôle des citoyens, mais aussi de leurs représentants dans les instances publiques.

Peut-être un mot sur la Convention de protection des journalistes à laquelle vous appelez auprès des Nations Unies ?

C’est une initiative de la FIJ qui découle d’un constat : bien qu’il y ait eu et qu’il y ait toujours beaucoup de prises de positions politiques, peu de choses changent sur le terrain. On pense notamment à la résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies n°1738, adoptée en décembre 2006, et la résolution n°2222, adoptée en mai 2015. Toutes ces résolutions enjoignaient aux gouvernements de protéger les journalistes. À côté de ces résolutions, on trouve également des déclarations de l’UNESCO, du Conseil des droits de l’homme, de l’Assemblée générale des Nations Unies. Cette dernière a même instauré une « Journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre des journalistes » que nous commémorons pour la cinquième fois le 2 novembre 2018.
Eh bien, malgré toutes ces déclarations et résolutions, on se rend compte que rien n’évolue. Pourquoi ? Parce qu’il n’y a pas de mécanismes permettant l’application de ces résolutions. C’est pour ça que la convention que nous proposons vise à mettre en place un mécanisme indépendant des Etats. Bien sûr, le mandat viendrait des Etats membres de l’ONU, mais une fois le mandat donné, le processus devrait permettre de mener des enquêtes indépendantes et de s’assurer que les violences contre les journalistes ne restent plus impunies, et ce faisant de contribuer à la prévention d’autres agressions, d’autres actes de violences contre les journalistes.

Pour terminer peut-être un mot sur notre Projet Speak Right Now qui vise à mettre en lumière les violations des droits humains ?

À mon sens, c’est une excellente initiative. Certains pensent que le concept même de droits de l’homme appartient aux intellectuels, aux juristes, mais c’est faux. À mon sens, tout citoyen et citoyenne devrait se l’approprier. Nous savons que la plupart des conflits découlent d’un manque de respect des droits de l’homme, et ce n’est que si tout le monde prend conscience de ce qui doit être fait pour faire prévaloir le droit, de comment chercher des remèdes lorsque nos droits ont été bafoués, ce n’est que quand cette connaissance sera partagée par tout le monde que nous pourrons mettre fin aux violations.
Les conflits qui bouleversent le monde font beaucoup de victimes, non seulement des morts, mais aussi des gens déplacés, des enfants séparés de leurs parents et qui n’ont personne pour prendre soin d’eux, et ces conflits affectent aujourd’hui l’ensemble de la société. Si nous voulons protéger la société, chacun à un rôle à jouer. Je suis très content que vous en parliez, et je me réjouis de ce que votre plateforme permettra à chacun de s’exprimer mais aussi de s’informer sur ses droits. Ensemble, nous pouvons contribuer à une société plus stable, plus apaisée et, je l’espère, plus prospère.

Sagaga, merci pour votre temps et votre accueil.

C’est moi qui vous remercie.


Share it:

Activités Fedactio

Blog

Bruxelles

Droits humains et Solidarité

FIJ

Interview

Post A Comment: